Les Trois Mousquetaires - D'Artagnan [critique] : Les joyaux de la couronne

© Ben King

Drôle, haletant, et doté d'une direction artistique très réussie, le film relève ce défi avec du panache, à l'image du personnage principal, D'Artagnan.

Grand spectacle populaire mêlant la comédie à l'action la plus débridée, ce premier volet des aventures des Trois mousquetaires version 2023 réunit un casting pléthorique avec pour ambition d'être l'une des grandes « locomotives » du cinéma français de cette année.

Tout juste sorti d'Eiffel (2020), Martin Bourboulon se retrouve à la tête d'une vaste entreprise qui voit Vincent Cassel, Pio Marmaï, Romain Duris ou Eva Green entourer François Civil dans le rôle du jeune gascon. La bonne idée du film est de fabriquer des ruptures de ton nécessaires entre la comédie et le film d'aventure, ce qui permet au rythme de l'histoire d'être mené tambour battant sans jamais négliger un style au profit d'un autre. Si la scène de présentation des personnages se raccroche au plus près du texte d'origine, les duels se superposant pour d'Artagnan, le scénario développe habilement une intrigue politico-religieuse autour de la supposée menace protestante. Celle-ci est symbolisée à la fois par la ville de La Rochelle, qui veut faire sécession avec la couronne de France, mais aussi par le duc de Buckingham, ministre de la Guerre anglais et amant secret d'Anne d'Autriche.

La guerre, au coin du bois

Si les trois mousquetaires deviennent rapidement les mentors du jeune d'Artagnan, c'est un autre personnage, celui de la mystérieuse Milady, qui magnétise la caméra. Ce sont ses manigances qui orchestrent tous les rebondissements, ourdissant dans l'ombre une cabale dirigée vers la reine Anne, dans une perspective politique qui doit mener le roi Louis XIII sur les sentiers de la guerre. La légèreté du ton s'envole dès lors au profit d'une complexité narrative et historique où l'on reconnaît les prémisses de la Fronde nobiliaire, conflit intestin qui marquera lourdement le futur Louis XIV dans son enfance.

Ce premier volet est plus qu'une introduction, il pose magistralement les rapports de force entre France, Angleterre, mais aussi entre les mousquetaires et les hommes du cardinal de Richelieu. Ces deux antagonismes permettent à l'histoire de dépasser un climat trop manichéen, la subtilité tutoyant la qualité de la direction artistique. Ces aventures tout juste commencées trouveront une conclusion dans le second épisode d'ores et déjà fort attendu.

Les Trois Mousquetaires : D'Artagnan, sortie le 5 avril 2023 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Près de 13 ans après son premier long-métrage (Ma compagne de nuit), Isabelle Brochard renoue avec la fiction et propose une toute nouvelle lecture des Lettres de Madame de Sévigné.

Le réalisateur britannique Andrew Haigh témoigne une fois encore de son immense talent pour un cinéma de l’intime aussi subtil que poignant.

Mis à jour le 13 février 2024 [Cinémas]

Chaque saison voit naître son nouveau film d'Hong Sangsoo, réalisateur coréen multi récompensé en festivals, qui a plus de soixante ans et ne s'arrête plus de tourner.

Avec cette rêverie surréaliste autour de la figure de Dalí, Quentin Dupieux réalise une fantaisie ludique, dans laquelle Édouard Baer et Jonathan Cohen font des merveilles.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.