Novembre [critique] : Le 13 Novembre vu par les policiers de l'antiterrorisme

Novembre, de Cédric Jimenez avec Jean Dujardin © StudioCanal

Loin des quartiers Nord de Marseille, le réalisateur Cédric Jimenez s'attaque à un tout autre sujet brûlant – et encore d'actualité : les attentats du 13 novembre 2015. S'en inspirant librement, son nouveau long-métrage surprend par son efficacité et sa maîtrise.

Après la cinéaste Alice Winocour, c'est au tour du réalisateur Cédric Jimenez (Bac Nord, HHhH, La French) de s'attaquer aux attentats meurtriers du 13 novembre 2015. Dans Revoir Paris, la première faisait le choix d'un récit intime et pudique. Le second embrasse quant à lui une autre approche : celle du thriller pur et dur. Les spectateurs se retrouvent ainsi plongés dans les coulisses de la Sous-Direction Anti-Terroriste (SDAT), entre autres conduits par Fred (Jean Dujardin), Inès (Sandrine Kiberlain) et Marco (Jérémie Renier).

Plongées dans le chaos et ébranlées par la fulgurance des faits, les équipes policières vont se mobiliser et se lancer dans une course contre la montre, qui va durer près de cinq jours. Leur mission : identifier et arrêter les commanditaires. Sujet délicat oblige, Novembre se démarque de son prédécesseur Bac Nord, objet nerveux, testostéroné et particulièrement brutal. S'il continue de filmer « de l'intérieur », au plus proche de ses personnages, le cinéaste surprend ici par son choix du hors-champ. En éludant les attaques, il maintient une distance permettant d'éviter toute représentation malséante voire complaisante. Ce cadre prudent (et digne) laisse également le champ libre à une enquête, à la fois haletante et anxiogène.

Une maîtrise saisissante

De sa mise en scène jusqu'à son écriture, Novembre saisit par sa maîtrise. Loin de s’embarrasser de fioritures et de digressions inutiles, son récit jouit d'un rythme soutenu et d'une tension allant crescendo... jusqu'à se cristalliser dans une conclusion choc. Si ses précédents projets s'inscrivent davantage dans le registre du polar français, Cédric Jimenez embrasse ici un style plus américanoïde et millimétré, qui n'est pas sans rappeler l'oscarisé Zero Dark Thirty, ou encore des séries d'espionnage comme 24 heures chrono. Quant aux personnages, ils peuvent paraître en retrait et sans reliefs. Mais là encore, ils résultent d'un choix cohérent : l'enjeu n'est pas de célébrer des héros, mais de suivre des hommes et des femmes, soumis à leur devoir comme à l'urgence de la situation. Dans cet exercice complexe, certaines interprétations (Anaïs Demoustier et Lyna Khoudri, pour ne citer qu'elles) tirent leur épingle du jeu.

Novembre, en salles le 5 octobre 2022 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Le duo Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte fait montre de son sens du romanesque et livre une fresque pleine de souffle qui nous emporte près de trois heures durant.

C'est vers les années 1960 et une certaine imagerie purement américaine que se penche le réalisateur de 45 ans, offrant à Austin Butler et Tom Hardy deux grands rôles.

Même durant les Jeux Olympiques, le cinéma ne s'arrête jamais dans la capitale ! Dolcevita-sur-Seine, Cinéma Paradiso, Ciné-voisins... : découvrez les séances organisées en plein air à Paris et ses alentours durant l'été 2024.

Après Aurore et Annie Colère, Blandine Lenoir, réalisatrice habituée des portraits de femmes, propose un quatrième long métrage adapté du roman graphique de Camille Jourdy, Juliette, les fantômes reviennent au printemps.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.