The Son [critique] : Au nom du fils

© Rekha Garthon © See-Saw Films Limited

Un père absent tente de renouer avec son fils en grande détresse psychologique. Un drame intime d'une rare intensité sur la difficulté de l'héritage et la douloureuse persistance des souvenirs.

Florian Zeller, réalisateur français du drame états-unien The Son est avant tout connu pour son métier de dramaturge. Après The Father (2020), sa première réalisation, il poursuit son œuvre audiovisuelle qui ausculte, derrière le stuc et le marbre des intérieurs bourgeois, les tiraillements humains et les dilemmes moraux. Quand Peter, avocat brillant mais accaparé par son travail, remarié et père d'un nouveau-né, reçoit la visite impromptue de son ex-femme qui lui annonce que Nicholas, leur enfant de dix-sept ans, ne va plus à l'école et souhaite vivre chez lui, son monde ordonné s'écroule peu à peu. Car Nicholas, atteint d'une sévère dépression, va faire éclater la bulle de non-dits et de faux-semblants qui jusqu'alors, préservait Peter de son propre héritage...

Un huis-clos où les non-dits explosent

The Son porte en lui un titre contradictoire, car le film se focalise bien plus sur le personnage de Peter (joué avec une fragilité intense par « Wolverine » Hugh Jackman, parfait dans son rôle) que sur celui, forcément atone, de Nicholas, qui cherche avant tout à exister pour lui-même et non pour son père et son idée de la réussite. La quête illusoire de bonheur de son fils se heurte sans cesse contre les murs des conventions sociales, des reproches et de la grande peur de décevoir ses parents. Peter lui-même, lors d'une scène fugace avec son propre père, en fait l'amère expérience : on ne guérit jamais vraiment de son enfance, et les plaies refermées peuvent facilement se rouvrir.

Zeller, qui adapte ici une de ses propres pièces, orchestre avec brio un huis-clos d'une indéniable puissance dramatique, sans jamais virer au jeu de massacre. Au contraire, une grande humanité émane de chaque personnage, et dans cette lignée masculine, les femmes ont un grand rôle à jouer : l'ex-compagne de Peter, incarnée par Laura Dern ou la nouvelle épouse, jouée par Vanessa Kirby, apportent toutes deux un contrepoint salutaire et un regard tendre mais lucide à la virilité bornée de Peter et au mal-être insondable de Nicholas. Celui-ci par ailleurs, malgré un léger surjeu pour nos habitudes françaises, s'en sort avec les honneurs dans ce rôle complexe d'un jeune homme qui n'arrive pas à oublier son passé et s'interdit le futur. Avec The Son, Zeller mêle habilement l'étude de caractères et le récit psychanalytique, et confirme sa nouvelle place de cinéaste de premier plan.

The Son, sortie le 1er mars 2023 : toutes les séances à Paris et en Île-de-France

Partager cet article sur :

Nos derniers articles

Corse, 2017 : une surveillante pénitentiaire se retrouve mêlée à un double assassinat. Inspiré d'un fait divers, le nouveau film de Stéphane Demoustier joue la carte de l'austérité et de la sobriété. Le résultat ? Un drame soigné et ambigu, remarquablement interprété par Hafsia Herzi.

Premier film en tant que réalisateur de Florent Bernard, transfuge du studio Golden Moustache, Nous, les Leroy est un road trip familial avec José Garcia et Charlotte Gainsbourg. Cette comédie originale, récompensée du Grand prix au Festival de l’Alpe d’Huez, réussit le fin dosage entre humour et mélancolie.

Pour leur premier long métrage réalisé ensemble, Ethan Coen et sa co-scénariste Tricia Cooke se (et nous) défoulent avec ce road-movie féministe et décapant qui, parodiant la série B, use de ses outrances pour tirer à boulet rouge sur nos tabous. Irrésistible… Et parfois leste !

Loin de son Brésil natal, le réalisateur Karim Aïnouz plonge dans l’Angleterre du XVIe siècle, à la cour du roi Henri VIII, pour faire le portrait de Catherine Parr, la sixième et dernière épouse du sanguinaire souverain. Cette reine méconnue, jamais représentée au cinéma, se révèle fascinante d’intelligence et de modernité.

Newsletter

Chaque mercredi, le meilleur des sorties culturelles à Paris.